Section d'Antony

Section d'Antony
Accueil
 
 
 
 

La culture en question sur la ville

En politique, comme en optique, l’image que l’on se fait du réel dépend de l’œil qui le regarde. Il en va ainsi de la politique culturelle municipale comme d’autres dossiers. Elle donne le sens global de l’action publique menée par la droite municipale.

Ainsi, il y a un an, la majorité municipale fermait-elle le théâtre Firmin Gémier après y avoir parait-il découvert de l’amiante. Résultat : pour la première fois cette année, on enregistre une diminution du nombre de représentations théâtrales sur Antony. Un constat qui, tout en en demeurant pas moins affligeant, ne pourrait être que provisoire si la majorité municipale ne s’obstinait à vouloir reconstruire le théâtre Firmin Gémier sur une partie des terrains de l’institution Saint Raphaël et non sur place, espace exigü, en pleine zone urbanisée sans dégagement alentour et le long d’une voie à forte circulation. Un projet qui suscite l’opposition, non seulement des habitués du théâtre Firmin Gémier mais également des riverains de la rue Maurice Labrousse. Pourtant, il est tout à fait possible de reconstruire le théâtre Firmin Gémier sur place avec un bâtiment disposant d’une salle de 500 places avec scène et avant scène, sans compter la possibilité de mettre au rez-de-chaussée foyer et bureau. Que cache cette opposition de principe de la majorité municipale ? Peut être bien un projet d’aménagement de la place Firmin Gémier à l’image du reste des construction de ce pâté de maisons où les immeubles de style néoclassique se substituent à des pavillons de grandes qualité architecturale des années 1930.

Mais la question de la culture ne s’arrête pas au théâtre et, en la matière, la CAHB qui à la compétence sur le conservatoire ne fait elle pas mieux ? Ainsi, l’association des parents et élèves du conservatoire font-ils circuler une pétition pour que le conservatoire d’Antony ne soit plus géré par la CAHB suite à de nombreux dysfonctionnements qui ont entrainé le départ de plusieurs professeurs et la démission de son directeur en février dernier.

Encore faut-il se donner les moyens d’avoir une politique culturelle ambitieuse. Et la baisse du budget de la culture dans le budget de l’Etat n’est pas le signe le plus positif donné en la matière à la population.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.