Section d'Antony

Section d'Antony
Accueil
 
 
 
 

Un budget pour une ville toujours moins solidaire

Contrairement aux affirmations du rapporteur sur le budget, Pierre Médan, lors du dernier conseil municipal, et du Maire, Jean-Yves Sénant, le budget présenté et voté par la majorité municipale d'Antony est loin de faire de la solidarité une de ses priorités. Cest même tout le contraire. Dans la continuité des budgets présentés depuis le début de la mandature, ce budget sattache plutôt à faire de notre ville une ville à destination des couches les plus aisées de la population.

Ainsi, si la majorité municipale se félicite que la subvention versée par la ville au CCAS soit passée en 5 ans de 1,8 millions deuros à 2,2 millions deuros, cette hausse de 400 000 euros sert essentiellement à permettre au CCAS de rembourser à la ville les travaux quelle a réalisés pour laménagement des nouveaux locaux du CCAS. Ce que la ville donne dune main au CCAS, elle le reprend dune autre.

Et que dire en matière de logement social, si ce nest que ce budget ne se donne nullement les moyens de corriger le constat fait par la MIILOS (Mission Interministérielle dInspection du Logement Social) dans son dernier rapport à propos dAntony Habitat et qui est que la politique mise en œuvre par loffice HLM de la ville en matière de développement est une politique qui passe prioritairement par lacquisition de patrimoine déjà existant plutôt que par la création dune offre nouvelle de logements. La reprise en gestion du patrimoine antonien de la Semidep par Antony Habitat, après celui de lOffice départemental HLM des Hauts-de-Seine en sont les meilleurs exemples.

Quant au lien social, rien n’est fait pour le développer. Ainsi n’est-il toujours pas question de créer de nouvelles maisons de quartier, ni de rénover celles existantes à l’exception de la Maison du Mont-Blanc dans le quartier du Noyer Doré qui s’apparentera désormais plus à une salle des fêtes qu’à une maison de quartier.

Par contre, la majorité municipale n’hésite pas à consacrer 10,3 millions d’euros à la rénovation de la voirie et à l’enfouissement des réseaux dont seulement 400 000 euros pour le programme de circulation douce. C’est dire l’importance que revêt pour la majorité municipale les modes de déplacement alternatif à la voiture.

Et bizarrement, lorsqu’il est question des équipements sportifs dans le rapport consacré au budget, la fosse de plongée que la municipalité s’apprête à réaliser sur une partie des terrains de l’ex.IUFM Val-de-Bièvre est omise. Une fosse de plongée dont le coût s’élèvera à 4,5 millions d’euros pour le plus grand bénéfice d’une minorité d’Antoniens.

La question des terrains de lex.IUFM Val-de-Bièvre est aussi symptomatique de la manière dont la majorité municipale gère notre ville et de la conception quelle en a. Ainsi, ces terrains à vocation publique ont-ils été cédés dans leur plus grande partie à un promoteur privé pour quil y réalise une opération de promotion immobilière. Au vu du prix au annoncé de la vente de ces futurs appartements : 7 000 euros, il est certain quils seront inaccessibles pour la majorité des Antoniens et leurs enfants. Cela nempêche pas la majorité municipale de défendre bec et ongle ce projet. Il est vrai que cela lui permet de réaliser un plus-value sur ces terrains de 16 millions deuros ; des terrains acquis au conseil général des Hauts-de-Seine pour 9 millions deuros et revendus à la société PITCH PROMOTION 25 millions deuros.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.