Section d'Antony

Section d'Antony
Accueil
 
 
 
 

Le logement : une priorité nationale, un droit pour tous

 

Jamais sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy le logement n’a été plus mal traité : loi MOLLE dite loi « Boutin », aides fiscales au logement spéculatif privé, volonté sans cesse réaffirmée de remettre en cause le logement social, réduction drastique des « aides à la pierre » Résultat : 8,6 millions de personnes mal logées, 1,3 millions de demandes de logement social, 3,5 millions de familles en situation de précarité énergétique. Et de cette situation, Patrick Devedjian comme député ou ministre est tout autant comptable que l’ensemble de l’UMP, lui qui n’a eu de cesse depuis 30 ans de s’attaquer à la Résidence Universitaire d’Antony et par la même au logement social étudiant, lui pour qui la réquisition de logements vacants pour loger les sans-abris est « une idée désastreuse », lui qui sur Antony comme Maire n’a eu comme seule volonté que de favoriser la spéculation immobilière au détriment du logement social.  

Si le changement de majorité à la tête de l’Etat a permis que certaines des mesures prises précédemment en matière de logement soient annulées et que certains signes plus ou moins encourageants soient adressés aux Français en la matière, il n’en reste pas moins que le logement ne saurait être considéré comme une « marchandise » soumise à la loi des marchés ce que laisse supposer la nouvelle loi Duflot sur l’investissement locatif, reprise de la loi Scellier ou la non revalorisation des « aides à la pierre » dans le budget pour 2013.

Pour le Front de Gauche, le logement est une priorité nationale, un droit pour tous. Et cela passe par porter le budget du logement à 2% du PIB, par la revalorisation de l’APL de telle manière à ce que le budget logement des familles n’excède pas 20% de leur revenu, par la création d’un service public national et décentralisé du logement, de l’habitat et de la ville, par l’imposition d’un quota de 50% de logements sociaux pour tout programme immobilier de plus de 10 logements, par la suppression de la taxation des bailleurs sociaux adoptée dans la loi de finance pour 2011 et toujours pas remise en cause.

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.